Musique du monde

Introducing Etran Finatawa

Introducing Etran Finatawa

Date de sortie :
2006

Le groupe est constitué de quatre musiciens Touaregs et six musiciens Wodaabe (reconnaissables à leurs surprenantes peintures faciales). Malgré un héritage et une langue différentes, ce sont tous des nomades du Sahel qui partagent à la fois la beauté et la rudesse de leur environnement naturel. Le groupe s’est créé lors du Festival Du Désert. Depuis janvier 2004, ils sont reconnus au Niger et ont participé à différents festivals au Mali et au Maroc. Ils ont également donné des concerts à travers la Hollande, l'Allemagne et la Suisse.

Etran Finatawa, qui signifie “les étoiles de la tradition”, est un symbole de paix et la réconciliation, combinant ces deux cultures nomades, sans toutefois perdre leurs caractères individuels. C'est ce mélange riche et impétueux qui en fait une musique particulière. 

 



Titres

La musique est un moyen de guérison dans ces deux cultures. “Ronde” (p.09) invite les gens à rejoindre la danse qui accompagne une session de guérison connue sous le nom de Fidjo Mossi en langue Fulfulde. “Maleele” (p.05) est une fille reconnue par les Wodaabe pour sa grande beauté. C’est une chanson qui appelle à la danse. Beaucoup de chants se réfèrent à l'environnement naturel du groupe  “Iledeman” (p.03), par exemple, est une dune célèbre du désert du nord-ouest du Niger. D'autres chansons rappellent, par leur rythme, la démarche d'un chameau. Traditionnellement les Touaregs sont de bons sélectionneurs de chameaux. “Heeme” est une chanson louant les chameaux qui rivalisent dans les courses. La musique est accompagnée par une danse qui imite la course de l’animal. D'autres chansons font un commentaire social, comme “Anadjibo”, qui symbolise la rivalité entre la tradition et l'Islam au Niger. Les Wodaabe sont plutôt musulmans mais leur style de vie nomade rend parfois difficile le fait d'accomplir leurs devoirs religieux.