Musique du monde

THE ROUGH GUIDE TO CHINA

THE ROUGH GUIDE TO CHINA

Date de sortie :
2003

Cet album fait partie des très rares albums qui incluent des artistes de musiques traditionnelles et des artistes contemporains comme Cui Jian et Hang On The Box, créant un album très décalé. Révélé à la scène musicale chinoise en 1986 lors d’un concours de musique pop sur une chaine de télévision nationale – il y faisait tournoyer sa guitare électrique - Cui Jian est devenu l’emblême d’une révolution du rock chinois.

“Yellow Banana” est un titre du seul groupe de punk féminin chinois, Hang On The. C’est un groupe d'étudiantes, fans de rock et de punk, formé en 1999. Bien que le contenu politique ait souvent inspiré la musique chinoise, quand AI Jing a sorti son album “My 1997”, cela a provoqué une polémique. Présenté comme une chanson d'amour, elle fait allusion au rattachement de Hong Kong à la Chine faisant référence de manière sous-jacente aux idées de liberté. 

 



Infos :

Après Mao, des musiciens comme Wu Xing ont de plus en plus été attiré par les mélanges de la musique occidentale et chinoise, par l’ajout des synthétiseurs et percussions Chinoises aux instruments à cordes européens. Un groupe aux origines chinoises et allemandes, Wu Xing et la chanteuse Gong Linna ont mélangés le chant traditionnel et les formes musicales modernes. Tats Lau, une figure importante de la scène pop-rock chinoise, mêle ses racines chinoises à un son contemporain à découvrir sur le titre “Autumn Moon”, tandis que Kin Taii mélange des mélodies aux sonorités chinoises avec des rythmes électroniques comme sur “Nocturnal Light”, qui présente également le jeu du erhu (violon chinois) de Tei Noka.

Dans les années 20, avec le développement d’une classe moyenne urbaine, la musique occidentale s’est popularisée en Chine (spécifiquement à  Changhaï) avec un certain nombre de chanteurs ou de même de stars, parmi lesquelles Gong Chio Xia était l’une des plus grandes. Les chanteuses comme Gong Chio Xia et Bai Hong (également présente sur cet album) étaient vénérées comme des idoles – même si après 1949, le Parti Communiste ayant pris le contrôle de Changhaï, un tel divertissement était dénoncé.

Cet album présente également la musique traditionnelle chinoise. Né dans une famille des fermiers éleveurs de bétail dans le sud-ouest de la Mongolie intérieure, Urna a appris les chansons traditionnelles mongoles, et “Silaihuar” mêle les éléments mongols traditionnels à d'autres influences. Le titre de Zheng juin Mian & Li Hong est extrait d'un opéra cantonais, qui peut être ramené à la dynastie Soong (AD 1179-1276). Le pipa, un luth en forme de poire, est arrivé en Chine autour du quatrième siècle. Il est joué par ici par Liu Fang (reconnu comme un des meilleurs joueurs de pipa) dans “The Night Of Bonfire”, et par Qiu-xia He du groupe Silk Road Music dans “Shananxi Air”. “Stone Forest Nocturne” est une composition moderne, interprétée par Min Xiao-Fen, virtuose du ruan, qui a une tonalité plus basse et une tessiture plus veloutée que le pipa. Le guqin ou le qin, instrument probablement le plus vénéré de tous les instruments chinois, est joué par l’excellent musicien Tse Chun Yan sur le titre “The Green Book Running” et par Yao Gong dans “The Drinking Song”, une chanson dont on pense qu’elle a été écrite il y a 1700 ans.

Swingant entre le rock de Pékin, le jeu du pipa et l’opéra Cantonais, le Rough Guide to the Music Of China est une introduction unique aux diverses traditions musicales de ce vaste pays.